Liste des trésors découverts dans les environs de Rennes-le-Château

Liste des trésors découverts dans les environs de Rennes-le-Château

 

Rappelons que toutes fouilles est interdite sur la commune, nous donnons cette liste à titre historique et archéologique. Toute fouille en France est soumise à la Loi.

 

Cette région hautement historique, à favorisée l’enfouissement de différents dépôts monétaires, et de différents objets précieux, mis à part l’affaire du trésor de l’Abbé Saunière, dont la nature exacte est encore sujet à de très nombreuses controverses.

 

Des monnaies d’or, d’argent et de bronze ont été de tout temps découvertes de manière fortuites dans les environs de Rennes-le-Château, preuve de son histoire si riche en événements de toutes sortes. L’Abbé Delmas rédige en 1709 un opuscule dans lequel il expose que les habitants de Rennes-les-Bains découvraient des monnaies et des statuettes antiques en quantité impressionnantes.

 

Les habitants de Rennes-les-Bains « inventent » essentiellement des monnaies des règnes des Empereurs romains suivants : César, Tibère, Gordien, Justin, Domitien, Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc-Aurèle, Alexandre Sévère, Valérien et Constantin, quelques monnaies médiévales sont également découvertes.

 

1740 :

 

Un habitant de Fa près de Rennes-le-Château découvre en labourant son champ deux roues de bronze. Elles furent montrée à l’Exposition Universelle de Paris en 1900 où elles forcèrent l’admiration.

 

1780 :

 

Dans le même lieu, un accoudoir en bronze en forme de lionne attaquant un cavalier fut également découvert.

 

1804 :

 

Près de Rennes-le-Château un timon de char gallo-romain est « inventé » dans le sol.

 

1826 :

 

 premier trésor monétaire officiel digne de ce nom, est découvert par Mr Henri Vié à Rivels, près de Puivert, une « oule » contenant des pièces d’or de Louis XIV et des Bourbons d’Espagne. Représentant la somme de 123 864 Euros !

 

1860 :

 

Un trésor de 50 kg de monnaie d’or de la période Maure, agglomérée par une substance visqueuse,  est découvert près du Bézu, par Mr Ruc de la ferme des Tipiès, au lieu-dit «les Charbonnières ».

 

Mr Rougé découvre un lingot d’or de 20 kg.

 

1928 :

 

Découverte d’un fragment de statue en or en partie fondue, au milieu des galets de la Blanque.

 

1958 :

 

Le célèbre chasseur de trésors Robert Charroux, fondateur et Président du Club International des Chercheurs de Trésor, effectue des recherches à Rennes-le-Château avec l’un des premiers détecteurs de métaux civils le « Lenoir ». Il découvrira quelques monnaies d’argent et de bronze et une curieuse découverte : une armure et des armes anciennes dans l’un des murs du rempart. Très certainement une cache d’armes du temps jadis.

 

1986 :

 

Découverte d’un bloc d’or à 24 carats de cinq kg avec des inscriptions maures. Quelques autres de ces « blocs » auraient été découverts.

 

 

 

 LA LOI :

 

 

 

Respectez la loi du 18.12.1989

 

EXTRAITS DE LA LOI DU 27 septembre 1941

Article 1er : Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles et des sondages à l'effet de recherche de monuments ou d'objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art ou l'archéologie sans en avoir au préalable obtenu l'autorisation. La demande d'autorisation doit être adressée au préfet de région; elle indique l'endroit exact, la portée générale et la durée approximative des travaux à entreprendre. Dans les deux mois qui suivent cette demande, et après avis du conseil supérieur de la recherche archéologique, le préfet de région accorde, s'il y a lieu, l'autorisation de fouiller; il fixe en même temps les prescriptions suivant lesquelles les recherches devront être effectuées.

Article 16 : Le ministre des Affaires Culturelles statue sur les mesures à prendre à l'égard des découvertes de caractère immobilier faites fortuitement. Il peut, à cet effet, ouvrir pour ces vestiges une instance de classement. La propriété des trouvailles de caractère mobilier faites fortuitement demeure réglée par l'article 716 du code civil; mais l'Etat peut revendiquer ces trouvailles moyennant une indemnité fixée à l'amiable ou à dire d'expert. Le montant de l'indemnité est réparti entre l'inventeur et le propriétaire, suivant les règles du droit commun, les frais d'expertise étant imputés sur elle. Dans un délai de deux mois à compter de la fixation de la valeur de l'objet, l'Etat peut renoncer à l'achat; il reste tenu, en ce cas, des frais d'expertise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



09/08/2007
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres